léman

“C’est pas l’homme qui prend la mer…” chante Renaud.

Moi c’est le Léman qui m’a pris. Pour le garçon venu de l’Oberland bernois, cela revient presque au même. Loin, large, bleu.

Des appels insoupçonnés qui éveillent tous les sens. Les odeurs et les lumières, les mélodies et les regards, les questions et aussi les vannes. En trois mots comme en mille: Merci la vie !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*